EUR / CDF
2 380,44
0.24%
(-5.63)
USD / CDF
1 981,83
0.03%
(+0.53)
CAD / CDF
1 568,71
0.88%
(-13.82)
CHF / CDF
2 157,12
0.38%
(-8.1)
GBP / CDF
2 755,90
0.34%
(-9.42)
ZAR / CDF
138,91
0.08%
(+0.11)
XAF / CDF
3,63
0.24%
(-0.01)
XOF / CDF
3,63
0.24%
(-0.01)

RDC : quid de la possibilité de sortir cinq sites naturels de la liste de l’UNESCO?

87

La possibilité pour la RDC de proposer un plan stratégique de sortie de cinq sites naturels congolais de la liste mondiale de l’UNESCO, voilà ce que préconise  la faculté des sciences agronomiques de l’Université de Kinshasa par l’organisation des journées de réflexion du 18 au 20 août 2018. L’idée à la base de la mise en péril de  ces aires, c’est notamment l’insécurité dans la sous-région, la pauvreté, le braconnage, l’urbanisation incontrôlée, l’absence d’aménagement des territoires, la croissance incontrôlée des populations au tour de ces sites.

Les scientifiques, l’ICCN, l’UNESCO, le ministère de l’environnement, les organisations nationales et internationales de protection de l’environnement ainsi que la Commission parlementaire chargée des questions environnementales, discutent sur « la proposition d’un plan stratégique opérationnel de sortie de cinq sites naturels congolais de la liste du patrimoine mondial en péril ».

Pour le Professeur Jean de Dieu  Minengu, l’UNIKIN à travers la faculté des sciences agronomiques, entend mobiliser l’ensemble des acteurs concernés à la définition des stratégies et à leur mise en œuvre sur le terrain, en vue de rendre ces sites viables pour le développement socio-économique de la RDC.

Les cinq aires protégées de la RDC  inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO sont : le parc national des Virunga, le parc national de la Garamba, le parc national de Kahuzi–Biega, le parc national de la Salonga et la Reserve de faune à Okapi.

A entendre  le Professeur Jean de Dieu  Minengu vice-doyen à la faculté d’agronomie à l’UNIKIN, de nombreux sites inscrits sur la liste de patrimoine mondial en péril, ont été retirés   après les efforts fournis  par les États concernés  et leurs partenaires. Il  a de ce fait plaidé pour que cet exploit soit réédité en RDC, en insistant sur la prise en compte  des mesures de préservation  et des mécanismes de suivi adéquats.

Pour rappel, en juin dernier, des journées analogues avaient été organisées autour du thème: « le projet d’exploitation du pétrole aux parcs nationaux des Virunga et de la Salonga : analyse des enjeux socio-économiques et pistes de solution ». A l’occasion, il a été révélé que,  l’exploitation du pétrole dans les deux pars cités, peut générer jusqu’à un milliard de dollars américains. Si la stratégie qui tend à retirer les cinq sites naturels du patrimoine mondial aboutie, ces aires pourront être affectées à autres choses. Dans la foulée les organisations de la société civile restent opposées à tout projet qui vise la disparition programmée des aires protégées emblématiques riches en biodiversité, en précipitation et en eau douce, alimentant les tourbières essentielles pour la régulation du climat mondial.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.